Terres rares : une hantise nommée China Rare Earth Group ?

 

Le Sénat américain a présenté jeudi un projet de loi visant à tirer parti du Quad, une alliance commerciale anglo-saxonne, pour réduire la dépendance des États-Unis à l’égard de la Chine sur les approvisionnements en terres rares. Cette législation fait suite à la création, par Pékin, du conglomérat China Rare Earth Group en décembre 2021. Ce géant minier est censé renforcer la domination déjà écrasante de l’empire du milieu sur cette industrie.

57% de la production mondiale

Les terres rares, un ensemble de 17 métaux stratégiques, sont indispensables pour de nombreuses industries de pointe. Elles servent à la fabrication d’appareils du quotidien comme les smartphones, les ordinateurs et les écrans plasma. Elles entrent aussi dans la construction des véhicules électriques, des systèmes radar ou encore des panneaux photovoltaïques. Aujourd’hui, la Chine assure 57% de la production mondiale de ces matériaux critiques. Elle fournit surtout 80% des approvisionnements des Etats Unis et 90% de ceux de l’Union Européenne (UE). Une hyper dépendance que Washington ne supporte plus, dans ce contexte de guerre commerciale.

Promouvoir l’investissement et le développement partagés des ressources

Pour réduire la dépendance des États-Unis à l’égard de la Chine, le Sénat américain a présenté, le jeudi 31 mars 2022, un projet de loi visant à tirer parti du Quad. Le Quad est une alliance entre les Etats-Unis, l’Australie, le Royaume-Uni, le Japon et l’Inde. Les deux derniers pays ont rejoint le groupe récemment. Le partenariat vise officiellement à consolider les chaînes d’approvisionnement et les principes démocratiques. Mais, il a pour but ultime de contrer la domination de la Chine sur les matériaux stratégiques comme les terres rares.

Un géant chinois né de la fusion des Big six

Intitulée « Quad Critical Minerals Partnership Act », la nouvelle législation doit concrètement promouvoir l’investissement et le développement partagés des ressources. Elle doit aussi soutenir de nouveaux projets de développement de technologies de production et d’installation de raffinage. Elle intervient seulement quatre mois après la création, par Pékin, du géant minier China Rare Earth Group. Ce conglomérat industriel est né de la fusion des principaux producteurs de terres rares chinois (Aluminum Corporation of China, China Minmetals, Ganzhou Rare Earth Group) et de deux sociétés de recherche (China Iron & Steel Research Institute Group et Grinm Group Corporation Ltd).

Un meilleur contrôle des prix

La nouvelle méga-entreprise dispose de 52 719 tonnes métriques de quota minier et 47 129 tonnes métriques de quota de fonderie. Ce qui représente 62% des approvisionnements du pays. China Rare Earth Group doit permettre à la Chine de renforcer sa domination sur ces minéraux critiques. Le pays assure déjà plus de la production mondiale. Le conglomérat doit aussi aider Pékin à contrôler les prix des matières jusqu’ici éclatés à cause de la forte concurrence. Si l’empire du milieu ne le dit pas ouvertement, il espère en outre se servir de ce géant comme d’une puissante arme dans sa guerre commerciale contre les Etats Unis.

Un autre géant minier annoncé

Les Américains, comme les Européens, redoutent l’utilisation de cette arme comme levier de pression. Ils savent pertinemment qu’ils dépendent fortement de la production chinoise pour alimenter leur industrie de pointe, dont l’énergie, l’armement et l’automobile. Si les politiques adoptées actuellement peuvent contribuer à leur autosuffisance en terres rares, cela ne se produira pas à court terme. Selon les analystes, cet objectif pourra être pleinement atteint dans sept ou dix ans. D’ici là, la Chine aura le temps de s’imposer davantage sur le secteur. Cela d’autant qu’elle prévoit la création d’un autre géant minier dans le nord, après China Rare Earth Group dans le sud. Le gouvernement obtiendrait ainsi un contrôle total sur ces métaux stratégiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.