Coronavirus : Face à l’absence de public, le rugby anglais appelle à l’aide du gouvernement

 

Un joueur de rugby plaçant la balle ovale pour exécuter une pénalité.

Le rugby anglais se trouve au bord d’un précipice. Le gouvernement a annoncé la suspension de son plan de retour du public dans les stades à partir du 1er octobre, en raison de la recrudescence de la pandémie de coronavirus dans le pays. Face à cette situation, la fédération nationale appelle à l’aide pour limiter la casse.

Ces derniers jours, le Royaume Uni avait autorisé que plusieurs événements accueillent du public, 1 000 spectateurs au maximum, dans l’espoir d’un retour d’un nombre plus important de personnes dans les stades britanniques début octobre. Mais, en raison de la recrudescence de la pandémie de coronavirus dans le pays, le gouvernement a annoncé la suspension de son plan de retour du public dans les stades à partir du 1er octobre.

Une décision qui inquiète fortement la Fédération anglaise de rugby (RFU pour Rugby Football Union). Elle espérait accueillir au moins 20 000 personnes à Twickenham cet automne pour les matches de l’Autumn Nations Cup. Le XV de la Rose doit notamment en découdre avec la Géorgie le 14 novembre, l’Irlande le 21, puis il devra livrer un match de classement le 6 décembre.

« Nous irions jusqu’à 60 millions de pertes »

Face à cette décision, la RFU appelle à l’aide du gouvernement pour limiter la casse. « Sans public cet automne, nous subirions une réduction de 122 millions de Livres (environ 132 millions d’euros) de revenus qui entraînerait des pertes de 46 millions de Livres (environ 50 millions d’euros). S’il n’y a pas de public non plus dans le Tournoi, nous irions jusqu’à 60 millions de pertes. Ce qui nous empêcherait d’investir dans des domaines comme le rugby féminin ou le rugby amateur. », prévient le directeur exécutif Bill Sweeney.

« Sans soutien, nous risquons de voir les clubs au cœur des communautés d’Angleterre, ainsi que les joueurs et les bénévoles, disparaître à jamais », insiste-t-il. Durement impactée par la crise du coronavirus, la RFU avait déjà annoncé en juillet la suppression de 139 postes, soit un quart de ses effectifs.

La Premiership Rugby souhaite un plan de sauvetage

L’élite anglaise a emboîté le pas à la RFU, la Premiership Rugby demandant à son tour un « plan de sauvetage » après avoir averti de « dommages irréparables » pour ses clubs en l’absence de public dans les stades. Son directeur général Darren Childs a dit craindre une deuxième vague de la pandémie de coronavirus avant Noël, ce qui donnerait le coup de grâce à ce sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.