Liverpool : Pourquoi la prolongation de Salah n’est pas aussi simple

L’Égyptien fait montre cette saison d’une forme jamais observée auparavant dans sa carrière. Suffisant pour lui garantir un nouveau contrat avec les Reds ? Pas vraiment.

Plutôt discret sur le marché des transferts cet été, Liverpool s’est employé ces derniers mois à sécuriser ses actifs les plus importants. Au nombre de ceux ayant prolongé leur contrat, figurent notamment : Van Djik, Alisson, Fabinho, Robertson, Alexander-Arnold. Même le capitaine et un des doyens du groupe Jordan Henderson, 31 ans, a obtenu la rallonge de son bail. Tous les éléments essentiels du succès de Klopp ont vu l’incertitude autour de leur avenir lever donc. Tous à l’exception du trio d’attaque, Mané, Salah, Firmino dont les contrats courent jusqu’en 2023.

On aurait pensé que cela passerait comme une lettre à la poste concernant Salah. Car l’Égyptien se trouve dans la forme de sa vie cette saison. Auteur de 15 buts en 18 matchs de Premier League, l’ancien joueur de Chelsea a été décisif toutes les 67 minutes passées sur le terrain. Des statistiques dont peu de buteurs peuvent se gargariser à l’heure actuelle. Ce qui rend sa prolongation à Liverpool d’autant plus impérieuse, au regard de l’indisponibilité de buteurs confirmés sur le marché.

Décision de taille

Mais c’est précisément aussi cela, le nœud du problème. Sécuriser les services de l’un des meilleurs joueurs de la planète a un coût. Et Salah qui n’a d’ailleurs cessé de renvoyer la balle dans le camp de ses employeurs ces dernières semaines parlant de sa situation contractuelle en est conscient. Les Reds aussi sont au fait de l’effort financier nécessaire pour continuer à profiter du talent du Pharaon. Reste que la décision n’est pas facile à trancher.

La prolongation de Salah impliquerait inévitablement pour Liverpool de briser la structure salariale à propos de laquelle les dirigeants se sont jusqu’ici montrés très sourcilleux. Qu’en sera-t-il de l’équilibre du vestiaire ? Et du cas de Firmino et Mané, également en fin de contrat dans dix mois ?

Sans oublier qu’offrir un pont d’or à un joueur de presque 30 ans peut représenter un risque dans cette industrie du football où tout évolue très vite. Le cas d’Aubameyang devenu quelconque depuis sa lucrative prolongation avec Arsenal en 2020, en est une récente illustration. Mais Fenway Sports Group, propriétaires de Liverpool, ont dernièrement prouvé qu’ils savaient s’y prendre en termes de management des contrats. Les fans et Mohamed Salah s’impatientent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.