Les Français demandent des primaires, les politiques rechignent

Les citoyens français souhaitent voir les présidentiables de chaque parti croiser le fer d’abord entre eux. Mais cette perspective réjouit moins les principaux acteurs.

Si certaines formations politiques se demandent encore quel mode d’expression privilégier pour la désignation de leur représentant à la prochaine présidentielle française, les citoyens eux, en ont déjà une idée. Et cela passe par l’organisation des primaires. À gauche ou à droite, ce sentiment est largement partagé par les différents sympathisants politiques, comme en témoignent les résultats d’un sondage d’opinion Ifop dévoilé dans le Journal du dimanche (JDD) du 29 août.

Ils sont en effet 80% à plaider pour une telle consultation chez la France Insoumise (FI). Le parti de Jean-Luc Mélenchon vient ainsi en tête à gauche où 59% sont favorables à une primaire. Quant à la droite, 58% des sondés souhaitent y voir le candidat à la présidentielle désigner à travers cette consultation.

Au plan national, cela revient à un avis favorable sur deux.

Réticence des politiques

Les chiffres de ce sondage contrastent fortement avec la tendance dans les différents états-majors politiques. À quelques mois du scrutin, de nombreux partis se demandent encore comment départager leurs différents aspirants à l’Élysée et ainsi aborder l’échéance fatidique sans fracas. La plupart réprouvent même la perspective de l’organisation d’une primaire comme mode de désignation. C’est le cas notamment à droite où le patron de Les Républicains (LR) manœuvre depuis plusieurs mois pour éviter d’en arriver à une telle consultation pourtant inscrite dans les statuts du parti. Celle de 2016-2017 à l’origine de l’implosion de l’ex-UMP étant encore présente dans les esprits.

La situation n’est pas vraiment différente à gauche où le chef de file Olivier Faure souhaite un ralliement des membres et sympathisants à sa candidate Anne Hidalgo. Cette dernière étant elle-même opposée à des primaires qui à l’en croire, n’est pas aussi représentative que celles organisées aux États-Unis.

À l’heure actuelle, seul le parti Europe Écologie – Les Verts (EELV) a déjà entériné le principe d’une primaire pour connaître son porte-étendard à la mi-septembre.

La primaire, fausse-bonne idée ?

La primaire est censée être le mode de désignation de candidat par excellence. Surtout pour un scrutin d’aussi grande envergure que la présidentielle. Mais cette consultation n’est pas toujours une bonne idée, selon quelques observateurs politiques, car potentiellement source de division dont certaines formations politiques ne se relèvent guère. C’est en effet l’occasion pour les différents acteurs de se livrer à de chaudes empoignades, et de se glisser également des peaux de bananes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.