Bill Gates : la « poupée vaudou » des complotistes ?

 

Bill Gates lisant son autobiographie "Who is Bill Gates?"

Bill Gates a « créé la COVID-19 », Bill Gates veut « dépeupler la Terre », Bill Gates souhaite « implanter des puces électroniques à la population »…Des affirmations comme celles-ci, partagées des millions de fois, explosent littéralement sur internet depuis l’apparition du coronavirus dans le monde. 

Depuis l’apparition du coronavirus dans le monde, Bill Gates est la cible de plusieurs attaques sur le web de la part des complotistes. On veut qu’il ait « créé le Covid-19 », qu’il ait appelé à « dépeupler la Terre » ou encore qu’il ambitionne « implanter des puces électroniques à la population ». Bref, on lui impute tous les projets les plus cyniques dans le cadre d’un « nouvel ordre mondial ». Ce qui pousse Rory Smith, directeur de recherche chez First Draft, réseau de médias qui mène des projets contre la désinformation, à le comparer à une « sorte de poupée vaudou dans laquelle les complotistes de tous bords plantent » – telles des aiguilles « leurs différentes théories ».

Bill Gates savait-il que surviendrait le Covid-19 ?

Les allégations, présentes dans tous les pays et dans de nombreuses langues, se retrouvent sur Facebook, Twitter, Instagram, WhatsApp, ou sur les forums 4chan, Reddit. Elles s’appuient sur des citations et vidéos détournées, décontextualisées, des photomontages ou encore des raccourcis. Parmi les théories très en vogue figure celle-ci : « Bill Gates a créé le virus ». La « preuve » ? Il en détient le « brevet » et avait « prévu l’épidémie » dans une conférence en 2015. Nous avons affaire ici à un raccourci. Un institut de recherche britannique avait effectivement reçu des fonds de la Fondation Gates pour divers projets, dont un brevet qui concernait un coronavirus animal.

Autre fait, Bill Gates s’était exprimé ces dernières années pour s’alarmer de la probabilité d’une pandémie à venir et avait dénoncé l’impréparation manifeste des gouvernements. Il avait également évoqué cela dans des conférences et sur son blog, dans le New York Times et dans la revue New England Journal of Medicine. Serait-il très averti tel un épidémiologiste ou juste craintif comme tout le monde ?

Les complotistes ont déjà leur reponse.. Ils accusent en outre le milliardaire de vouloir greffer des puces électroniques aux gens et « éliminer 15 % de la population » via des vaccins empoisonnés. « Ces théories (…) peuvent réduire la confiance des gens dans les organisations de santé et faire baisser les taux de vaccination, c’est inquiétant », déplore Rory Smith.

Il n’y a pas de profils types des anti-Gates

Curieusement, ces informations sur Bill Gates proviennent de toutes les couches sociales et de tous les bords politiques. Les plus virulents sont cependant les partisans de Donald Trump, les Républicains, qui ne digèrent pas que le patron de Microsoft ait plusieurs fois critiqué le président américain. L’égérie ultra-conservatrice Laura Ingraham l’a par exemple accusé de vouloir « tracker » les gens avec les vaccins. De l’autre côté de l’échiquier politique, nous avons Robert Kennedy Jr, neveu de l’ancien président démocrate, qui se positionne comme un anti-Trump et anti-vaccins.

Outre atlantique les anti-Gates sont majoritairement des partisans de l’extrême gauche. Le boss de Microsoft représente l’archétype du capitalisme : il est insolemment riche et règne sur le monde technologique… En Afrique, enfin, Bill Gates est perçu comme un sataniste. Il chercherait à réaliser la marque de la Bête à travers son projet de puces électronique. On soupçonne ses vaccins d’être à l’origine de nombreuses maladies dont le Sida.

Malgré leurs diversités, les allégations visant Bill Gates ont un point commun : l’accuser de vouloir tirer profit de la pandémie, telle la figure du « profiteur de guerre » : asservir le monde ou s’enrichir en vendant des vaccins.

Tout ne doit pas être balayé dans les théories

Si toutes ces théories paraissent loufoques, elles posent quelques fois des interrogations légitimes. Parmi elles, l’usage des données personnelles par les groupes technologiques ou des gouvernements. La Fondation Bill Gates a déjà fait l’objet de critiques sur un manque de transparence de sa gestion ou sur ses choix de financements, dans la revue scientifique prestigieuse The Lancet.

Pour finir, disons que le monde n’est pas fait que de gentils qui veulent le bien de tous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.