Législatives au Mali : Aliou Diallo, fer de lance de l’alliance Benso à Kayes

Le 29 mars prochain, Aliou Diallo mènera une coalition de quatre partis pour conquérir la députation du cercle de Kayes, d’où il est originaire. Cette alliance, baptisée Benso, se place au-dessus des clivages politiques, ethniques et religieux qui minent le Mali depuis bientôt dix ans.

Benso à l’assaut de Kayes

Fidèle à sa ligne politique axée sur le consensus, Aliou Diallo a choisi de se présenter aux élections législatives à Kayes à la tête d’une coalition. Celle-ci se compose, outre le fondateur de l’ADP-Maliba, de Mahamadou Cissé et Bano Diawara de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ), de Modibo Kane Doumbia du Rassemblement pour le Mali (RPM) et de Marthe Diawara de l’Union pour la république et la démocratie (URD).

Au-delà de la pluralité politique, l’alliance Benso propose une parité entre hommes (3) et femmes (2) et une diversité ethnique (communautés Khassonké, peule, malinké par Modibo Kane Doumbia et Soninké), ainsi que professionnelle avec deux opérateurs économiques, deux enseignants et une femme issue de la diaspora. En réunissant ces différents profils, Aliou Diallo veut rassembler tous les Maliens. Il souhaite qu’en cas de victoire, sa députation soit celle de tous les Kayésiens, et non seulement des militants d’ADP-Maliba.

« Au vu de ce qu’il a fait pour Kayes, il est naturel qu’il en soit le responsable parlementaire »

Si cette équipe colorée fait de lui le favori des élections législatives à Kayes, Aliou Diallo peut aussi et surtout compter sur ses relations particulières avec cette région du Mali. En effet, le richissime homme d’affaires a énormément fait pour les habitants de Kayes. Il a employé de nombreux jeunes dans la mine Wassol’or, dont il était le PDG jusqu’à récemment. Il a dû céder ses parts (55%) à des investisseurs émiratis pour lancer la seconde phase de projet d’exploitation de l’hydrogène naturel. Aliou Diallo a aussi et surtout mené des actions de charité et contribué au développement de Kayes, en permettant notamment le bitumage des rues.

« Au vu de ce qu’il a fait pour Kayes dont il est originaire, il est naturel que la base demande à ce qu’il soit le responsable parlementaire de la 1ère  région », avait déclaré début février Cheik Diabaté, le Directeur de l’école du parti. Quant à la dynamique jeunesse d’ADP-Maliba conduite par Cheick Oumar Diallo (COD), elle a investi les quartiers pour mobiliser la population de Kayes, le 29 mars prochain.

Un test avant la présidentielle de 2023

La coalition d’Aliou Diallo a déposé sa liste le 13 février dernier au ministère de l’Administration territoriale. Elle attend maintenant que s’ouvre la campagne électorale le 8 mars prochain. Kayes sera pour l’homme d’affaires malien, une sorte de test avant la présidentielle de 2023. Avant cette importante échéance, il peut déjà introduire ses réformes à Kayes pour le développement de cette région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.