Iran : un chauffeur de taxi fait le buzz pour avoir refusé une passagère sans voile

 

Un chauffeur de taxi

Un chauffeur de taxi iranien est devenu une véritable star des réseaux sociaux et de la télévision dans son pays pour avoir refusé de conduire une passagère non voilée. Celle-ci a dû s’excuser pour son écart de conduite, après avoir tenté de faire punir le chauffeur par la compagnie qui l’emploie.

Depuis plusieurs jours les réseaux sociaux et les médias iraniens se passionnent pour un fait. Un chauffeur de Snapp, Uber iranien, a fait descendre de sa voiture une jeune Iranienne qui avait refusé de porter le voile islamique dans sa voiture.

L’affaire est devenue publique lorsque la jeune fille a mis sur Twitter la photo du chauffeur en demandant à la compagnie de prendre des mesures contre lui. La jeune Iranienne, surnommée Pooyeh, explique que le chauffeur l’avait forcée à descendre de sa voiture au milieu du trajet, pour n’avoir pas suivi ses mises en gardes sur l’ajustement de son foulard. Dans son Tweet, elle annonce avoir notifié l’incident auprès de la compagnie Snapp, leur demandant de sanctionner le chauffeur.

Les conservateurs prennent le dessus

Son post est devenu viral sur les réseaux sociaux, opposant deux catégories de citoyens iraniens : les conservateurs et les progressistes.

Les conservateurs ont farouchement défendu le chauffeur de taxi, un certain Said Abed. Ils ont menacé de boycotter la compagnie Snapp si elle osait prendre des sanctions contre son conducteur. Ce dernier n’aurait fait que respecter les lois en vigueur dans le pays. Saïd Abed a même été invité à la télévision nationale. Il a raconté avoir demandé à la jeune fille de mettre son voile, pour éviter que la police lui colle une forte amende. En effet, en Iran, un chauffeur qui ne fait la descendre une passagère non voilée, est passible d’amende, pis, sa voiture peut être immobilisée pendant une semaine au moins. La police a d’ailleurs invité les Iraniens à dénoncer « les mal voilées » et ceux et celles qui « portent atteinte à la chasteté dans la société ». Notons aussi que des étudiants islamistes ont rendu visite à Said Abed, le remerciant pour son action. Un film sera également inspiré de cette histoire, a fait savoir le quotidien ultraconservateur Kayhan.

Quant aux progressistes, ils ont défendu Pooyeh et également menacé de boycotter la compagnie Snapp. Certains ont d’ores et déjà supprimé l’application. Mais le rapport de force était clairement en faveur des conservateurs. Ceux-ci ont logiquement emporté la bataille. Conséquence : Said Abed garde son poste, c’est le nouvel héros de la république islamique.

Des excuses sur un ton sec

La jeune femme a également supprimé son Tweet polémique et remplacé sa photo de profil sans voile sur Twitter par un cliché où elle porte un foulard. Elle a écrit qu’elle est désolée d’avoir « dérangé » le chauffeur. Evidemment, cette excuse semble avoir été prononcée sous contrainte. Son avocat, Ali Mojtahedzadeh, a d’ailleurs fait savoir que la jeune femme a été convoquée par la justice iranienne.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.