Manny Pacquiao abandonne la boxe pour la politique

Le célèbre boxeur quitte définitivement l’arène de la boxe pour celle politique. Sa candidature à la présidentielle de 2022 aux Philippines est présentée par l’intéressé comme le plus grand combat de son existence.

Manny Pacquiao et la boxe, c’est fini. Après 26 ans de carrière marquée par des combats de légende sur les plus prestigieux rings du monde, Pacman de son surnom a décidé de raccrocher les gangs, mercredi 29 septembre à travers une déclaration sur ses réseaux sociaux. La vidéo de 14 minutes intervient un peu plus d’un mois après sa prestation du 22 août à Las Vegas face au Cubain Yordenis Ugas. Le combat soldé par une défaite du boxeur philippin restera comme sa dernière sortie professionnelle dans un sport dont il représente sans nul doute un des plus grands ambassadeurs.

Entré dans la boxe à 18 ans, Pacquiao issu d’un milieu pauvre s’est construit par la force de ses coups et l’agilité de ses jambes. Parti des combats rémunérés à deux dollars dans les rues de Manille principalement pour survivre au dénuement, Emmanuel Dapidran Pacquiao de son vrai nom a trusté l’Olympe de sa discipline en étant à ce jour, le seul boxeur de l’histoire octuple champion du monde dans huit catégories différentes.

La présidence en ligne de mire

Cette réussite lui a valu des revenus estimés à plusieurs centaines de millions de dollars et une fortune personnelle de 63 millions de dollars selon l’état de ses actifs aux Philippines l’année dernière consulté par l’agence Reuters. Cela lui vaut aussi d’être très apprécié par les populations dans son pays. Et l’intéressé en joue bien à travers son entrée en politique.

Élu député en 2010 puis sénateur en 2016, Pacman vise désormais la présidence de la République dont il briguera l’élection en mai 2022 afin de succéder au controversé chef de l’État sortant Rodrigo Duterte en fin de mandat. Ce dernier qui a longtemps bénéficié du soutien de Manny Pacquiao est désormais dans sa ligne de mire ainsi que les politiciens corrompus qu’il promet d’envoyer en prison.

Une candidature sujette à questions

La popularité de Pacquiao dans l’archipel d’Asie du Sud-Est n’empêche pas cependant des questionnements autour de sa candidature annoncée pour la présidentielle. Beaucoup s’interrogent en effet sur la capacité de l’homme de 42 ans à gouverner en apportant des réponses aux problèmes socio-économiques qui minent les Philippines. Mais l’intéressé sur de son fait, oppose à ses détracteurs sa prise de conscience des enjeux à travers sa propre expérience d’ex-enfant de la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.