Wi-Fi public : fluidifier le parcours de connexion sur le portail captif

Le Wi-Fi public est devenu une nécessité pour les entreprises qui veulent maximiser l’expérience client. Mais bien souvent elles se heurtent à de nombreux pièges sur le portail captif. Or, si celui-ci est mal conçu, c’est l’image de marque du groupe qui se dégrade. Que faut-il alors faire pour fluidifier le parcours de connexion des utilisateurs ? Les réponses de Hub One, le leader français de la mobilité digitale en entreprise.

Aujourd’hui, mettre à disposition des clients un Wi-Fi public est devenu une priorité pour les sites touristiques, les centres commerciaux ou les hubs de transport. Mais pour offrir un service de qualité, il est indispensable de fluidifier le parcours de connexion des utilisateurs sur le portail captif. Sans quoi, ces clients vivront une fâcheuse expérience et auront une mauvaise image de l’entreprise. Dans un article publié sur le blog de l’entreprise, les experts Hub One donnent les clés d’un Wi-Fi public optimisé.

Considérer le temps et le lieu

La conception d’un bon Wi-Fi public obéit à une certaine méthodologie. La première problématique à résoudre est celle du lieu et du temps. Il faut savoir le temps moyen dont disposent les utilisateurs dans un magasin, un aéroport ou un site touristique. Dans ces différents endroits, tout le monde n’a pas la même patience en face d’un formulaire de connexion comprenant jusqu’à cinq ou six champs à compléter (c’est le cas pour les grands aéroports). Dans les centres commerciaux, les formulaires du portail captif sont moins « contraignants » avec rarement plus d’un champ à compléter. Mieux, dans plus de 60% des cas, un simple clic permet de se connecter (mode Clic&Connect) selon une étude menée par Hub One auprès de 20 magasins ou centres commerciaux français. Il convient donc de simplifier le parcours de connexion.

Rendre fluide et intuitif le parcours

Dans un second temps, il faut s’assurer de la fluidité et de l’intuitivité du parcours dans les lieux publics où la 4G est disponible. Lorsque la connexion prend un peu plus de temps (la connexion médiane est généralement comprise entre 40 secondes et 1’30), l’utilisateur a tendance à abandonner le processus. L’étude de l’opérateur Wi-Fi entreprise Hub One souligne qu’une forte latence conduit un utilisateur sur quatre à abandonner le parcours d’identification. Un parcours « Clic&Connect » concède un taux d’abandon moyen de 10% contre 25% pour un parcours avec un formulaire de 7 questions. Toutefois, pour un formulaire avec seulement 4 questions, le taux d’abandon « n’est que » de 50%. Ce qui signifie que ce ne sont pas uniquement la longueur du formulaire ou la fluidité du parcours qui poussent à l’abandon.

Soigner le design

Un autre facteur est à considérer : le design. La plupart des parcours de connexion actuels sont visuellement obsolètes et peu adaptés aux nouveaux usages mobiles. Il convient donc de soigner le look and feel du portail captif pour qu’il soit dans l’air du temps et incite à franchir les étapes de connexion. Aussi, faut-il vérifier qu’il gère le https, le nouveau standard des sites internet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.