Catherine Deneuve : une tribune en réponse à la tribune

A la suite des agressions de toutes sortes qu’elle a subies pour avoir signé une tribune collective dans le monde, l’actrice mythique Catherine Deneuve a publié une autre tribune dans Libération.

C’est sous la forme d’une lettre envoyée à la rédaction de Libération, après les nombreuses sollicitations des journalistes du quotidien, que l’actrice s’est exprimée à nouveau sur le sujet.

Deux prises de position fortes en quelques semaines, pour une star habituée à être discrète, ça fait forcement beaucoup parler.

La comédienne tient d’abord à assumer et expliquer sa signature de la tribune sur la liberté d’importuner, contre le puritanisme et pour la liberté d’expression.

“Oui, j’aime la liberté. Je n’aime pas cette caractéristique de notre époque où chacun se sent le droit de juger, d’arbitrer, de condamner”, explique-t-elle ainsi, avant de se démarquer des propos polémiques prononcés par d’autres signataires de la tribune initiale et de s’excuser auprès de “toutes les victimes d’actes odieux qui ont pu se sentir agressées par cette tribune parue dans le Monde, c’est à elles et à elles seules que je présente mes excuses.”

Et la comédienne talentueuse de préciser l’inquiétude sociétale qui l’a poussée à signer la papier :

“J’ai enfin signé ce texte pour une raison qui, à mes yeux, est essentielle : le danger des nettoyages dans les arts. Va-t-on brûler Sade en Pléiade ? Désigner Léonard de Vinci comme un artiste pédophile et effacer ses toiles ? Décrocher les Gauguin des musées ? Détruire les dessins d’Egon Schiele ? Interdire les disques de Phil Spector ? Ce climat de censure me laisse sans voix et inquiète pour l’avenir de nos sociétés.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.