Une députée LREM mise en garde par son propre parti

Dans un tweet sur la procréation médicalement assisté (PMA), Agnès Thill députée de la majorité évoquait « un puissant lobby LGBT à l’Assemblée nationale ».

La République en marche (LREM) a déclaré mettre en garde pour la dernière fois la députée du groupe, Agnès Thill. Ce sont ses « excès » et ses « prises de positions publiques » qui ont déclenché la réaction de son organisation. Son allusion à l’existence d’un « lobby LGBT à l’Assemblée nationale » n’a pas du tout été appréciée.

A l’origine de l’affaire, un autre tweet, celui d’une député En Marche ! de Paris, Elise Fajgeles, qui proposait un débat à « un café citoyen sur l’ouverture de la PMA ».  Toujours sur le réseau social, madame Thill a répondu : « Est ce s’informer’ s’il n’y a qu’une version donnée ? Nos juristes et experts auditionnés étaient partagés 50/50 sur le sujet, par exemple l’argument égalité en droit ne tient plus. L’objectivité est de mise, ou bien c’est de la propagande ». Madame Fajgeles lui a alors également répondu par un tweet : « Tu es la bienvenue pour débattre avec nous Agnès ! ». Il n’en fallait pas plus pour énerver cette dernière qui déclare alors : « Il y a un puissant lobby LGBT à l’Assemblée et l’Assemblée nationale n’est pas la France. Ici [dans sa circonscription], les avis sont tout autre ».

Philippe Grangeon patron par intérim de LREM et Gilles Le Gendre chef des députés ont condamnée « avec la plus grande fermeté » ces propos précisant que « les termes de ‘lobby LGBT’ relèvent d’une sémantique homophobe ». Alors que la députée a affirmé regretter que ses propos aient pus blesser, ses deux supérieurs ont à nouveau réagi déclarant : « Nous avons pris note des ‘regrets’ que tu as exprimés par la suite. Des excuses en bonne et due forme auraient été plus appropriées ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *