Normandie : un sauveteur pas comme les autres ! (Vidéo)

Depuis toujours, il est dit que le chien est le meilleur ami de l’homme. Fidèle compagnon, il répond toujours présent et sait se rendre utile. Et ce n’est pas une vidéo tournée en Normandie le 3 août dernier, qui nous fera dire le contraire ! 

Une baignade comme les autres

Le 3 août dernier, des grands-parents et leur petite-fille font une virée estivale à la plage. Alors que la fillette s’amuse au bord de l’eau, une vague vient la recouvrir. Rien de bien méchant, mais il n’en n’aura pas moins fallu pour que le chien des grands-parents vienne à son secours. Dans une action touchante, on le voit attraper la petite fille par le t-shirt et la tirer de l’eau. Il ne la lâchera que lorsqu’il sera certain de l’avoir mise en sécurité. Tournée dans un cadre familial, cette vidéo a rapidement fait le buzz et s’est répandue comme une trainée de poudre. Une sauvetage inédit qui n’est pas sans alarmer sur les risques de noyades.

Les noyades, fléau de l’été

Alors que la saison estivale s’achève dans une dizaine de jours, les secouristes et autres surveillants de plage ont été alarmistes sur les noyades survenues depuis le mois de juin. Le mois de juin en a connu 552 en France métropolitaine et dans les DOM/TOM, dont 121 ont été mortelles, selon les premiers résultats de l’enquête Noyades 2018 menée par Santé Publique France. Soit plus que à la même période l’année dernière (332 en juin 2017), mais avec un peu moins de décès (147). Ces noyades étaient, pour la plupart, accidentelles ou d’origine encore indéterminée.

« Sur les 50 noyades accidentelles dont les causes ont pu être identifiées, la mer est le lieu de baignade le plus meurtrier, avec 103 noyades dont 18 décès. Les cours d’eau, dont les fleuves et les rivières, suivent de près avec 16 décès en un peu plus d’un mois. Attention à ces zones de baignade sauvage: les fleuves et rivières peuvent être remplis de trous d’eau très profonds et de courants soudains, prenant les baigneurs par surprise » , rappelle le journal du Figaro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *