Sophie Lionnet : ses bourreaux condamnés à perpétuité

Après plus de dix semaines de procès, les employeurs et assassins de Sophie Lionnet [leur jeune fille au pair], ont été condamnés à la prison à perpétuité, peine assortie d’une période de sûreté de 30 ans. 

Un procès éprouvant

Alors que le cadavre calciné de la jeune femme avait été retrouvé en septembre dernier, le procès de Sabrina Kouider et Ouissem Medouni s’est clos il y a quelques jours. Les deux employeurs ont été reconnus coupables de meurtre aggravé et motivé par la cruauté et le désir de vengeance.

Pour rappel, Kouider et Medouni avaient embauché Sophie Lionnet en janvier 2016 afin qu’elle s’occupe de leurs deux enfants. Très heureuse de se rendre à Londres, la jeune femme de 21 ans a vite déchanté : son rêve est devenu cauchemar. Maltraitée et battue, elle a succombé à une énième séance d’interrogatoire rondement menée par ses bourreaux. Son corps a été retrouvé calciné dans le jardin du couple, qui avait alors prétendu démarrer un barbecue.

Délires et affabulations

Pour Catherine Devalloné, la mère de Sophie, la décision de justice est exemplaire. « Je voulais qu’ils prennent le maximum, c’est fait et c’est un grand soulagement« , a-t-elle déclaré à la fin de l’audience. Extrêmement bouleversée par la mort de sa fille et le récit de son martyr, il est l’heure, pour elle et sa famille, de se reconstruire.

Quant à Sabrina Kouider et Ouissem Medouni, ils passeront le reste de leur vie sous étroite surveillance. Depuis son arrestation en septembre dernier, la mère de famille est incarcérée dans un établissement spécialisé. Son avocat a plaidé l’irresponsabilité pénale d’une femme sous l’emprise, de par sa maladie,  d’une peur irrationnelle et irrépressible. Ouissem Medouni a tenté de se défendre en expliquant qu’il était sous l’influence d’une femme dominatrice… mais cela n’a pas convaincu le juge.

En mai dernier, les parents de la jeune femme s’étaient exprimés face à la cour. « Sophie ne supportait pas de voir souffrir les autres et ça me fend le cœur de savoir que c’est elle qui a souffert en silence en encaissant les coups », avait alors déclaré son père.

Les obsèques de Sophie Lionnet se sont déroulées en France, le 6 juin dernier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *