Guatemala : éruption du volcan « de Fuego »

En début de semaine, le Guatemala a connu une terrible catastrophe naturelle. Son volcan « De Fuego« , situé aux alentours de la ville d’Antigua Guatemala, est entré en éruption. Trois jours après le réveil du volcan, le bilan est très lourd. 

Un volcan capricieux

Le volcan était déjà entré en éruption en janvier 2018. En septembre 2012, son précédent réveil avait entraîné l’évacuation de quelque 10.000 personnes résidant dans des villages situés sur le flanc sud.

Alors que plus de 80 personnes ont trouvé la mort lors de l’éruption du volcan, plus de 200 autres sont toujours portées disparues. De nombreux villages ont été engloutis par les laves de Fuego. Malgré la mobilisation des secours sur place, les chances de retrouver des survivants sont très faibles.

« Une personne prise au milieu n’a aucune chance de survivre »

« Les nuées ardentes, ou coulées pyroclastiques, contiennent des gaz en expansion, qui charrient avec eux des cendres et des blocs de pierre. Elles se canalisent en général dans les vallées, s’écoulant bien plus vite et facilement que de l’eau, dévastant tout sur leur passage. Une personne prise au milieu n’a aucune chance de survivre aux températures de plusieurs centaines de degrés qui y règnent. Pour en réchapper, il faudrait avoir vu les fumées assez tôt et s’être dirigé dans une zone située en hauteur. Et encore, parfois, le nuage parvient à passer d’une vallée à l’autre », explique Alain Gourgaud, vulcanologue et professeur honoraire au laboratoire de géologie de Clermont-Ferrand.

Habitués aux « sautes d’humeurs » du volcan, la plupart de ses riverains n’ont alors pas prêté attention à l’éruption survenue dimanche dernier.

« Désormais nous avons des informations avec des noms et les localités où des personnes sont portées disparues, et nous avons un nombre : il y a 192 personnes qui sont portées disparues », a indiqué lors d’une conférence de presse Sergio Cabañas, directeur des opérations de secours de la Coordination nationale de lutte contre les catastrophes naturelles. Des familles entières ont été décimées.

Pour l’heure, les secours continuent leurs recherches, en vain. Le bilan risque de très sérieusement s’alourdir. De plus, l’état de catastrophe naturelle a été décrété dans les départements d’Escuintla (sud), Chimaltenango (ouest) et Sacatepequez (sud-ouest), les plus affectés par l’éruption.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *